Quand on regarde bien, la plupart des installations industrielles constituent une zone dangereuse car beaucoup de matériaux nécessaires au fonctionnement du process, ainsi qu’aux produits finis, sont inflammables ou explosifs. Et plus ces matériaux seront utilisés dans le process de fabrication ou par exemple dans les industries chimiques ou pétrochimiques plus le risque sera élevé, et plus les mesures de sécurité devront être accentuées. Toute légère étincelle, toute surchauffe peut provoquer une explosion avec des conséquences fatales.

Les mesures de haute qualité et la technologie de contrôle dans les installations industrielles servent de prévention. Les étalonnages de routine prennent de plus en plus de place dans l’usine (par exemple en utilisant le calibrateur de pression à sécurité intrinsèque WIKA modèle CPH65I0) et les exigences imposées à l’instrument de référence pour une vérification dans les zones dangereuses sont élevées. La « pertinence Ex » d’un instrument est garantie par le certificat ATEX, donc afin d’éviter les explosions non désirées dans l’industrie, la Communauté Européenne a créé la directive 94/9/CE pour que toutes les exigences pertinentes concernant les calibrateurs, les équipements et les composants soient fixées. Si les étalons sont développés, conçus et construits conformément à cette directive, ils pourront être soumis à un examen uniforme du type CE. L’instrument recevra alors sa certification ATEX.

Calibrateur de pression à sécurité intrinsèque modèle CPH65I0

Calibrateur de pression à sécurité intrinsèque modèle CPH65I0

 

Il convient de préciser qu’en général, les points de test antidéflagrants ne doivent être testés qu’en utilisant des étalons approuvés. Les circuits dans ces instruments (par exemple le calibrateur de pression à sécurité intrinsèque WIKA modèle CPH65I0) sont tous limités en courant et en tension. Leur énergie est donc limitée de façon que, même en condition de défaut, tout risque d’inflammation ou d’endommagement de l’instrument en phase de test est éliminé. Si, par exemple, un transmetteur de process homologué ATEX est testé avec un calibrateur sans sécurité intrinsèque, les dommages causés par des sorties en courant et en tension illimités ne pourraient pas être exclus. Contre ce risque, pour des calibrateurs qui ne sont pas à sécurité intrinsèque, une barrière de sécurité (par exemple un séparateur de zone) devrait être interposée. Ces dispositifs de protection, cependant, affectent la précision de la mesure, de sorte que des erreurs supplémentaires devraient être prises en considération pendant l’étalonnage. La sécurité intrinsèque rend ces considérations redondantes.

 

La demande pour les calibrateurs portables dans les zones dangereuses est en augmentation non seulement pour des raisons de sécurité, puisque les instruments de test antidéflagrants peuvent rester dans l’usine, mais aussi pour un étalonnage très précis. Les appareils mobiles sont aussi une solution économique pour de nombreuses applications industrielles, même lors de l’achat de produits à sécurité intrinsèque chers, puisque le résultat d’étalonnage sur site demande une interruption du process relativement courte. L’opérateur peut ainsi gagner du temps et donc de l’argent.

 



Laisser une réponse