manomètre avec levier de mise à l'atmosphère

Un autre article du blog WIKA traite de l’intérêt du liquide amortisseur pour les manomètres exploités sur des applications sujettes à vibrations.
En complément, la mise à l’air du boîtier est un sujet notable pour les manomètres remplis de liquide amortisseur, et notamment lorsque l’étendue de mesure de l’instrument est faible ou modérée (jusqu’à 0 … 16 bar inclus).

Pour ce type de pression, et dans le but d’avoir une qualité de mesure nécessaire et suffisante, on utilise des tubes manométriques qui présentent une plus grande flexibilité (pour améliorer leur sensibilité).
Par ailleurs, les manomètres remplis de liquide amortisseur doivent évidemment être étanches ; le plus souvent, ils sont en IP65 (Indice de protection).


Si ces manomètres sont soumis à des élévations de température ambiante importantes (par exemple installés à l’extérieur et donc exposés au soleil, ou ayant subis des contraintes de température sur un lieu de stockage avant la livraison), le liquide de remplissage va se dilater sous l’effet de la température.
Comme le boîtier est étanche, la glycérine va exercer une contrainte mécanique sur le tube manométrique et ainsi engendrer une erreur de mesure.
L’aiguille sera décalée par rapport à l’indication qu’elle devrait théoriquement fournir. Pour les étendues de mesure au-delà de 0 … 16 bar, les tubes manométriques sont plus robustes et ne risquent pas (ou en tout cas beaucoup moins) de subir cette contrainte mécanique liée au liquide dilaté.

La mise à l’atmosphère du boîtier est donc un moyen pertinent de permettre au liquide de se dilater librement sans générer cette erreur de mesure.
Il existe plusieurs moyens de mettre en oeuvre cette mise à l’atmosphère.
La solution la plus basique consiste à percer le bouchon de remplissage en plastique noir au sommet du manomètre. Certains bouchons de remplissage sont équipés d’une sorte de téton proéminent qu’il est recommandé de couper. L’une ou l’autre de ces opérations doit évidemment s’effectuer après l’installation de l’instrument au point de mesure.
L’inconvénient de cette solution réside dans le fait que lorsque le manomètre sera ultérieurement démonté, du fait du bouchon de remplissage percé/coupé, il y a des risques notables de perte de liquide amortisseur, ceux-ci étant généralement visqueux et parfois pénibles à nettoyer.

Pour éviter cela, WIKA a généralisé sur ces manomètres remplis (ou remplissables) pour les étendues de mesure jusqu’à 0 … 16 bar inclus un petit accessoire très intéressant : le levier de mise à l’atmosphère.
Ce petit levier de couleur jaune est intégré au bouchon de remplissage au sommet du manomètre et on peut l’orienter dans 2 positions distinctes repérées par des marquages en relief sur le bouchon en plastique noir :
position fermée (marquage « close » en relief) ou ouverte (marquage « open » en relief).


A la livraison, le levier de mise à l’atmosphère est sur la position « close », garantissant l’étanchéité du manomètre et le strict confinement du liquide de remplissage. Après installation, il est recommandé de basculer le levier sur la position « open » pour générer une mise à l’atmosphère du boîtier et autoriser la « respiration » du liquide de remplissage.
Lors du démontage ultérieur et éventuel du manomètre, il sera recommandé de remettre le levier sur la position « close » pour éviter toute fuite de liquide de l’instrument.

Quelle qu’en soit la mise en œuvre, la mise à l’atmosphère peut également avoir un intérêt pour des manomètres étanches même lorsque ceux-ci ne sont pas remplis (mais il faut qu’ils soient donc pourvus d’un système de mise à l’atmosphère) ; car l’air contenu dans le boîtier du manomètre peut lui aussi se dilater au gré des hausses de température ambiante et exercer ainsi une contrainte mécanique sur le tube (encore une fois pour les étendues de mesure faibles et modérées) qui engendrera une erreur de mesure et donc un décalage de l’aiguille.
Là encore, il suffira de mettre le boîtier à l’atmosphère pour que la légère surpression interne du boîtier s’évacue et que l’aiguille reprenne une position correspondant strictement à la mesure.

Attention : ces phénomènes de dilatation à l’intérieur du boîtier en fonction d’une variation de température ne sont pas les seuls à générer une déviation de la mesure et donc de l’indication de l’aiguille du manomètre.
Comme la plupart des instruments de mesure de pression, les manomètres sont de par leurs composants et leur comportement en fonction de la température qu’ils peuvent subir sujets à des déviations de leur précision de mesure selon la température. Cette déviation est indiquée dans les fiches techniques des instruments.

Note
Avez-vous des questions sur le levier de mise à l’atmosphère des manomètres? Votre contact commercial WIKA sera heureux de vous renseigner.



Laisser une réponse