Constat : tous les pays industrialisés se dirigent résolument vers les véhicules à hydrogène comme moyen d’abandonner les carburants à base de carbone.

Certaines des plus grandes économies du monde adoptent avec enthousiasme les piles à combustible et les véhicules à hydrogène en 2022 comme moyen de réduire leurs émissions de carbone et de les éliminer complètement un jour. Voici quelques exemples d’initiatives récentes de décarbonation dans le monde :

  • Le Japon pousse fortement pour une société basée sur l’hydrogène. Le pays a créé sa stratégie de base pour l’hydrogène en 2017, et l’année suivante, il a accueilli la réunion ministérielle sur l’énergie de l’hydrogène entre les gouvernements intéressés. La Toyota Mirai est le premier véhicule électrique à pile à combustible (FCEV) commercialisé au monde, et le Japon dispose actuellement de la plus grande installation au monde pour produire de l’H2 à partir d’énergies renouvelables : le champ de recherche sur l’énergie hydrogène de Fukushima (FH2R).

 

  • La stratégie nationale allemande en matière d’hydrogène comporte un plan d’action de 38 mesures que le pays et l’Union européenne prendront d’ici à la fin 2023. Le pays compte actuellement 90 stations-service à hydrogène – le deuxième plus grand réseau après les 135 du Japon – et d’autres sont en cours de construction.

 

  • La Corée du Sud et Hyundai prévoient 2,9 millions de véhicules électriques à pile à combustible d’ici à 2040. Le consortium HyNet du pays prévoit de construire 100 nouvelles stations de ravitaillement en hydrogène d’ici l’année prochaine.

 

  • Le plan chinois pour une économie de l’hydrogène prévoit plus d’un million de véhicules à pile à combustible et 1 000 stations de ravitaillement en hydrogène d’ici 2030.

 

  • La France a présenté sa stratégie nationale en matière d’hydrogène en septembre 2020. Sur les 7,2 milliards d’euros d’investissement d’ici 2030, 1,5 milliard d’euros seront consacrés aux usines d’électrolyse et 1 milliard d’euros aux poids lourds.

 

  • L’initiative JIVE (Joint Initiative for hydrogen Vehicles across Europe), financée par l’UE, vise à déployer des bus à hydrogène dans l’ensemble de ses États membres.

 

  • L’Australie a présenté sa stratégie nationale pour l’hydrogène fin 2019, avec pour objectif ultime de faire du pays un “acteur mondial majeur de l’hydrogène propre d’ici 2030.”

 

  • Le Canada a récemment publié sa stratégie sur l’hydrogène, qui prévoit une économie de l’hydrogène propre dans le cadre de son objectif d’atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d’ici 2050.

 

Accélération cahoteuse vers l’hydrogène aux États-Unis


Les États-Unis ont connu plusieurs arrêts et départs dans leur voyage vers l’hydrogène. George W. Bush a été l’un des principaux et premiers partisans des piles à hydrogène. Barack Obama a supprimé le plan hydrogène de son prédécesseur, doté de 1,2 milliard de dollars, mais a changé de cap quatre ans plus tard pour soutenir les piles à combustible. Bien que Trump se soit fait le champion du charbon et d’autres combustibles fossiles, le ministère de l’énergie a publié en novembre 2020 son plan de programme pour l’hydrogène afin de poursuivre les activités de recherche, de développement et de démonstration.

L’administration Biden a l’intention d’investir 400 milliards de dollars dans les énergies propres et l’innovation au cours de la prochaine décennie. En Californie, le décret de septembre 2020 du gouverneur Newsom stipule qu’à partir de 2035, toutes les nouvelles voitures et tous les nouveaux camions de passagers vendus dans l’État ne produiront aucune émission, et que “toutes les opérations des véhicules moyens et lourds seront à 100 % sans émissions d’ici 2045, lorsque cela est possible.” Bien qu’aucun de ces plans ne mentionne spécifiquement l’hydrogène, il est entendu que les véhicules à émissions nulles incluent les véhicules à carburant mixte.

Il est vrai que les États-Unis ne sont pas aussi avancés que certains de leurs concurrents asiatiques et européens en ce qui concerne l’adoption de l’hydrogène. En janvier 2022, le pays ne comptait que 48 stations d’hydrogène, dont 47 en Californie.

L’essor des piles à combustible à hydrogène est prévu pour 2022


Pourtant, dans un changement si progressif qu’il est difficile pour la plupart des Américains de le percevoir, l’intérêt pour la technologie de l’hydrogène augmente, comme on le voit dans le secteur des entreprises :

En plus d’un nouveau système de batterie, General Motors travaille avec Honda sur Hydrotec, sa technologie de pile à combustible à hydrogène. GM a également pris une participation de 11 % dans Nikola, le fabricant de semi-remorques à émissions nulles basé à Phoenix, qui utilise la technologie des batteries ou des piles à hydrogène.

Toyota et le fabricant de camions Hino vont développer des camions à pile à hydrogène pour le marché nord-américain. Toyota collabore également avec Kenworth, basé à Washington, pour développer des camions lourds à hydrogène.

Le PDG et président de Cummins, le fabricant de moteurs basé dans l’Indiana, a déclaré lors de la Journée de l’hydrogène 2020 de l’entreprise : “Les technologies de l’hydrogène, en particulier les électrolyseurs, constitueront une partie de plus en plus importante et en pleine croissance de notre activité au cours des prochaines années” et “à un moment donné dans le futur, elles constitueront la partie la plus importante de ce que Cummins fournit à ses clients.”

CF Industries, la société d’engrais basée dans l’Illinois, a rejoint le Conseil mondial de l’hydrogène dans le cadre de son engagement à “décarboner la plus grande plateforme de production d’ammoniac au monde.”

Parmi les autres membres américains du comité directeur du Hydrogen Council figurent 3M, Air Products, Chemours, Cummins, GM et Microsoft.

Bien que les États-Unis soient plus lents que d’autres pays à adopter les véhicules à hydrogène, le pays est, en fait, un leader mondial en matière de technologies de l’hydrogène. Outre les exemples ci-dessus, la société new-yorkaise Plug Power a été choisie par le français Renault et le sud-coréen SK Group pour fournir de l’hydrogène et des piles à combustible.



Laisser une réponse