De nombreux facteurs entrent en ligne de compte dans le choix d’un manomètre industriel. En se posant les bonnes questions concernant la taille, la température, l’application, le fluide, la pression, le raccord process et le délai de livraison, les acheteurs pourront déterminer quels manomètres sont adaptés à leur situation spécifique.

Choisir un manomètre, c’est un peu comme acheter une voiture. Le marché compte de nombreux fabricants, chacun proposant différentes marques et modèles avec des caractéristiques différentes. Lorsqu’ils choisissent un véhicule, les acheteurs tiennent compte de facteurs tels que les sièges et l’espace de rangement nécessaires (citadine, berline, break, mini-fourgonnette), les conditions de conduite principales (ville, autoroute, course, remorquage), le type de transmission (manuelle, semi-automatique, automatique) et le carburant (essence, diesel, hybride, électrique, pile à combustible à hydrogène). Le coût, bien entendu, est un autre élément important à prendre en considération.

Le manomètre numérique CPG1500 WIKA

Le manomètre numérique CPG1500 WIKA

Lorsqu’ils choisissent un manomètre, les acheteurs suivent un processus similaire mais avec des priorités différentes. Voici un rapide tutoriel sur la manière de choisir un manomètre.

Manomètre numérique ou mécanique ?

Dans le monde de la mesure de la pression, l’équivalent d’une super voiture est un manomètre numérique. Avec une précision allant jusqu’à ±0,025 % de l’étendue de mesure, cet instrument est si précis et si performant qu’il peut être utilisé pour l’étalonnage. Les manomètres numériques haut de gamme comme le CPG1500 communiquent également sans fil, une nécessité pour la surveillance à distance et l’IoT (Internet des objets) industriel. Il est compréhensible que les manomètres numériques soient coûteux.

La plupart des processus industriels n’exigent pas ce niveau de précision ou ce nombre de caractéristiques. Un manomètre mécanique, ou analogique, est suffisant.

Étapes de sélection d’un manomètre mécanique

1. Taille

Les manomètres mécaniques existent en plusieurs tailles nominales (le diamètre du boîtier), et celle que vous choisissez dépend de vos exigences en matière de lisibilité, d’espace et de précision. Plus le cadran est grand, plus il y a de graduations pour des lectures plus précises et plus il est facile de le voir de loin – un point important si les techniciens ne peuvent pas s’approcher du manomètre. Cependant, certaines applications ne peuvent pas accueillir un manomètre de grande taille. Les diamètres des manomètres de WIKA vont de 40 mm à 250 mm.

Il faut également garder à l’esprit que la taille du raccord d’extrémité déterminera les tailles de manomètre disponibles. Par exemple, un manomètre en diamètre 40 mm est trop petit pour un raccord de la taille de ½ pouces, sur la base de la surface plane de la clé en proportion du profil du boîtier.

Manomètre PG23LT pour des températures ambiantes jusqu’à -70°

2. Température

La température ambiante et la température du fluide détermineront le matériau des pièces en contact avec le fluide (laiton, acier inox, alliage de nickel, etc.) et si le boîtier sera sec ou rempli de liquide amortisseur. Plus la température ambiante est basse, plus il est probable qu’un manomètre rempli de liquide soit le bon choix. Dans les environnements extrêmement froids, comme les champs pétrolifères autour du cercle arctique, les manomètres sont remplis d’une huile de silicone spéciale basse température pour éviter que les pièces internes ne givrent.

Si la température du fluide atteint 60°C ou plus, utilisez un manomètre en acier inox. En effet, les manomètres en laiton sont soudés, et la soudure commence à se décomposer à cette température. Nous avons vu des clients utiliser des manomètres en laiton pour des applications à vapeur en fonction du prix, et ces manomètres ont cédé parce que la vapeur dépasse le seuil de 60°C pour la soudure. Les manomètres en acier inox peuvent résister à des températures allant jusqu’à 200 °C, selon la configuration.

3. Application

En gros, dans quel secteur d’activité le manomètre sera-t-il utilisé ? Voici quelques exemples : Les manomètres pour les applications d’eau potable doivent être sans plomb, tandis que les industries de transformation comme les raffineries et les produits pharmaceutiques ont besoin de manomètres pour les process industriels. Les réservoirs de gaz cryogénique nécessitent une solution de mesure de pression qui mesure à la fois la pression différentielle et la pression de service, et qui fait l’objet d’un nettoyage spécifique pour rendre compatible l’instrument avec de l’oxygène. Les manomètres utilisés dans les process sanitaires doivent être conçus de manière hygiénique. Les gaz très agressifs utilisés dans l’industrie des semi-conducteurs font que ces applications nécessitent des manomètres de conception ultra-haute pureté (UHP). De plus, certaines applications nécessitent des homologations spéciales. Par exemple, les manomètres destinés à être utilisés avec des sprinklers d’incendie doivent être homologués UL (Underwriter Laboratories) et FM (Factory Mutual).

910.12 amortisseur avec vis de réglage

Pour une fiabilité et une longue durée de vie dans les applications à fortes vibrations, utilisez un manomètre rempli de liquide pour amortir les mouvements et protéger le mécanisme interne de l’instrument. Notez que dans les cycles à forte amplitude de pression (pulsations), le remplissage de liquide doit être utilisé en association avec une vis frein ou un amortisseur.

Certaines questions courantes que nous entendons ont trait à ces accessoires. Quelle est la différence entre une vis frein et un amortisseur ? Outre les restrictions dimensionnelles, quand un amortisseur serait-il le meilleur choix ? Les vis frein constituent une option moins coûteuse pour les manomètres dans les applications à pulsations dynamiques. Toutefois, ils sont limités en fonction de la taille de l’orifice et sont susceptibles de se boucher dans les fluides chargés de débris tels que les eaux usées. Les amortisseurs atténuent les pulsations dynamiques et les pics de pression comme les réducteurs, mais ils sont disponibles dans une plus large gamme de tailles et ne sont pas aussi sujets au colmatage. Les amortisseurs sont également plus réglables sur le terrain grâce à l’utilisation de pistons interchangeables ou de vis de réglage externes, et cette flexibilité réduit les temps d’arrêt.

4. Fluide

Le fluide avec lequel le manomètre, en particulier ses parties en contact avec le fluide, entre en contact déterminera le matériau du manomètre. En d’autres termes, qu’y a-t-il dans la canalisation ou la cuve ? Un manomètre en laiton (alliage de cuivre) convient pour l’eau, l’air ou d’autres liquides ou gaz non agressifs. Mais le gaz acide (sulfure d’hydrogène), l’ammoniac, la créosote et d’autres produits chimiques agressifs nécessitent des matériaux résistants à la corrosion comme l’acier inoxydable ou un alliage nickel-cuivre comme le Monel®. Pour les fluides susceptibles d’obstruer les mécanismes des manomètres, optez pour l’ajout d’un séparateur, qui constitue une barrière physique entre le fluide et l’instrument de mesure de pression.

Le fluide a également une incidence sur le type de liquide de remplissage utilisé pour les boîtiers des manomètres. La glycérine est le liquide de remplissage standard pour les environnements non oxydants, tandis que les fluides très réactifs nécessitent une huile inerte comme l’halocarbone.

5. Pression

Cette question comporte plusieurs aspects. Premièrement, quel type de pression devez-vous mesurer – pression relative (pression de travail), pression absolue ou pression différentielle ?

Deuxièmement, quelle est la plage de fonctionnement de l’application ? En général, il faut choisir un manomètre dont la plage est 2X la pression de fonctionnement optimale, car cela garantit les meilleures performances. Les manomètres standards peuvent traiter jusqu’à 1 600 bar, tandis que les manomètres spéciaux comme le PG23HP-P peuvent atteindre 6 000 bar. Pour les mesures de basse pression, utilisez un manomètre à capsule pour détecter les petites différences de pression en unités telles que le millibar (mbar) ou les Pascal (Pa).

Enfin, quelle est l’échelle de pression souhaitée ? Les manomètres sont disponibles en différentes unités de mesure – par exemple, psi, bar, kPa, inH2O. Tous les manomètres WIKA peuvent être personnalisés, avec par exemple une double échelle, une triple échelle ou des échelles personnalisées, en fonction des besoins de votre application.

6. Raccord process

De quelles raccord process avez-vous besoin ? Le type le plus courant en Europe est le raccord à filetage droit « au pas du gaz » (raccord G associé à la taille du filetage : ex. raccord G1/2’’) mais on rencontre aussi beaucoup dans certaines industries (par exemple dans la pétrochimie) les filetages coniques NPT (là aussi associés à la taille du filetage : ex. raccord ½’’ NPT. Les tailles de filetages les plus standards sont le ⅛’’, ¼’’ et ½’’. Enfin, la position du raccord process ; les deux positions les plus courantes à choisir sont le raccord vertical (orienté vers le bas sous le manomètre) ou le raccord arrière (à l’arrière du manomètre comme son nom l’indique).

7. Délai de livraison

La plupart des acheteurs ne tiennent pas compte de ce dernier facteur, mais la question du délai de livraison est très pertinente. Si vous avez besoin d’une grande quantité d’ici demain, vous aurez le choix entre des manomètres standard de dimensions nominales courantes qui sont déjà en stock. Mais si vous pouvez attendre quelques semaines, vous pourrez obtenir le manomètre exact que vous souhaitez avec toutes les options souhaitées.

Le système de dénomination des modèles de manomètres WIKA

À quelques exceptions près, les manomètres mécaniques de WIKA portent un numéro de modèle à cinq chiffres. Le système peut sembler compliqué, mais il est en réalité assez simple. Prenons l’exemple du manomètre à tube manométrique, type 213.40.

A. Série ou type d’instrument
1 = standard (série 1) : usage général, faible coût
2 = industriel (série 2) : haute qualité
3 = manomètre de test : haute précision
4 =manomètre à membrane
5 = manomètre absolu
6 = manomètre à capsule (série 6) : basse pression
7 = manomètre différentiel et manomètre duplex
8 = Ligne de mesure électronique de la pression
9 = séparateur

B. Type d’instrument de base
0 = type spécial
1 = alliage de cuivre (laiton)
2 = acier
3 = acier inox
4 = alliage nickel-fer (Ni-Span C®)
5 = plastique (revêtement ou doublure, pas d’élément sensible)
6 = alliage nickel-cuivre (Monel®)

C. Remplissage du boîtier
0 = type spécial
1 = type standard
2 = boîtier sec, avec protection accrue de l’eau
3 = boîtier rempli de liquide
4 = Boîtier carré ou rectangulaire

D. Caractéristiques de conception
10 = conception standard (raccord vertical pour la série 1)
11 = manomètre pour gaz comprimé ou acier inox de petite taille
12 = conception standard (raccord arrière pour la série 1)
13 = boîtier en plastique ABS rempli de liquide
15 = manomètre spécial en acier inox
20 = Boîtier robuste
30 = exécution de sécurité, cloison incassable et fond arrière éjectable
34 = boîtier en thermoplastique renforcé de fibre de verre (manomètre 23x.34)
40 = boîtier en laiton matricé
41 = conception spéciale pour l’industrie minière
50 = Construction entièrement en acier inox
52 = Indicateur de densité de gaz
53 = boîtier en acier inox, joint torique ou raccord soudé sur le porte-tube, lunette sertie
54 = boîtier en acier inox, joint torique ou raccord soudé sur le porte-tube, lunette baïonnette

En utilisant cette classification, nous pouvons voir que le 213.40 est un manomètre industriel (série 2xx) en laiton, qui est rempli avec un liquide, et dont le boîtier est en laiton matricé. Il s’agit du manomètre hydraulique de WIKA, car il est conçu pour résister aux chocs, vibrations et pulsations extrêmes.

WIKA est connu dans le monde entier pour sa gamme complète de manomètres destinés à presque toutes les applications industrielles. Pour plus d’informations sur le choix du manomètre approprié, contactez les spécialistes expérimentés de WIKA



Laisser une réponse