Obama à côté du stand WIKA

Les États-Unis étaient le pays partenaire du salon d’Hanovre 2016. Pour la première fois, un président des États-Unis a inauguré la plus grande foire industrielle du monde. Elke Knobling (du service Marketing), organisatrice des participations de WIKA aux foires et salons, nous décrit l’impact de la visite de Barack Obama sur le stand de WIKA :

Peu de temps avant le début du salon, nous avons été informés que le président Obama aimerait visiter quelques exposants dans notre hall le lundi, c’est-à-dire le premier jour du salon. Non, WIKA n’était pas sur l’ordre du jour – une honte, vraiment, parce que notre café est le meilleur – mais nous avons dû malgré tout subire l’agitation entière sur la sécurité. Cela signifiait que la construction du stand devait être suffisamment avancée pour que la CIA et le BKA (Service fédéral de police criminelle) puissent fouiller les halls le dimanche précédent le salon. Nous devions également communiquer le nom des personnes présentes sur le stand au BKA pour vérification. Après l’autorisation, nous avons reçu des badges de sécurité spécifiques.

 

Inspection difficile

Barack Obama shaking hands at the fair: Elke Knobling had only seconds to take this souvenir snapshot.

Barak Obama serrant la main au salon. Elke Knobling n’a eu que quelques secondes pour prendre ce cliché souvenir

 

Ayant été nommé responsable sécurité pour le stand, je devais me rendre disponible pour la police le dimanche afin que des agents puissent inspecter notre stand. Après une longue attente, j’ai finalement fait le tour du stand avec un «garde du corps». Tout y est passé : les plus petits paquets ont été ouverts, les décorations florales ont été fouillées, les instruments d’exposition ont été démontés, les plus infimes éléments du stand ont été examinés – même à des endroits ou je n’aurais jamais dans ma vie soupçonné qu’on puisse y glisser quelque chose.

Puis de l’eau a commencé à fuir d’un exposition et le stand s’est très vite transformé en étang ! Le nettoyage, sous l’étroite surveillance de la police et d’un chien policier à l’air féroce m’a donné quelques sueurs.

Le lundi s’est passé comme prévu. Des essaims de photographes nous ont presque empêchés d’apercevoir les VIP. Le hall a été réouvert au public dès 13 heures, signifiant une perte de contacts et donc d’affaires pour une demi-journée – sans aucune compensation ou réduction des coûts évidemment.

Néanmoins, le salon a été un franc succès pour WIKA.

 

 


Laisser une réponse